Chute des cheveux

Le cycle pilaire des follicules pileux qui produisent le cheveu comprend 3 phases. La phase anagène est la phase de croissance du cheveu. Elle est de loin la phase la plus longue, dure généralement entre 4 et 7 ans chez la femme et entre 2 à 5 ans chez l’homme, pendant laquelle le cheveu pousse en moyenne de 0,5 à 1,5 cm par mois.

Pendant cette phase, la kératine, qui est une protéine issue de l’accumulation des cellules produite par les kératinocytes, remonte le long de la tige pilaire pour former le cheveu. La phase catagène est la phase de repos du follicule pileux. Elle est courte (de l’ordre de 3 semaines) pendant laquelle le cheveu ne pousse plus. Enfin, la phase télogène, qui dure de 1 à 3 mois, est une phase pendant laquelle le cheveu reste attaché au follicule jusqu’à ce qu’il en soit expulsé par un nouveau cheveu en phase catagène.

La perte quotidienne de cheveux (de l’ordre de quelques cheveux à une centaine) est donc normale. Elle correspond à la perte des cheveux qui sont expulsés à l’issu de leur phase télogène. Cette perte normale peut être accentuée lors des saisons du printemps et de l’automne.

Au delà, la chute des cheveux est appelée Alopécie. Il s’agit d’une chute plus importante dont il existe plusieurs causes.

L’alopécie androgénétique

Chez l’homme comme chez la femme, dans la grande majorité des cas (plus de 90%), la cause de l’alopécie est androgénétique, ce qui signifie qu’elle est à la fois liée aux androgènes (les hormones mâles) et qu’elle est génétique, c’est à dire liée aux gènes, donc héréditaire.

L’hormone mise en cause est la DHT (dihydrotestostérone) qui provient d’une transformation chimique de l’hormone mâle testostérone au contact d’une enzyme, la 5-alpha-réductase. Alors que sous l’influence de la testostérone, le follicule pileux fonctionne normalement, la DHT provoque une atrophie du follicule pileux ce qui entraine son dysfonctionnement en accélérant anormalement les phases du cycle pilaire: les phases sont de plus en plus courte et le cheveu produit est de plus en plus petit et fin jusqu’à devenir du duvet.

L’alopécie androgénétique est la déficience capillaire la plus répandue chez l’homme. Elle touche environ 20% des hommes dès l’âge de 20 ans et augmente de 10% par décade soit plus de 50% des hommes de 50 ans sont touchés. Dans certains cas, elle peut apparaitre dès 15/16 ans.

L’alopécie androgénétique chez la femme survient principalement après la ménopause : à l’âge de 30 ans, elle touche seulement entre 2 et 5% des femmes alors que 40% des femmes de 70 ans en sont affectées. On parle ainsi d’alopécie post-ménopausique. Son mécanisme est un peu différent que celui des hommes: chez les femmes, la ménopause entraine une baisse de la production hormonale. Mais après la ménopause, la production des oestrogènes (hormones femelles) baisse beaucoup plus (de l’ordre de 80%) que celle des androgènes (de 10 à 30%). Il en résulte dès lors un déséquilibre au bénéfice des hormones androgènes et donc de la testostérone qui, comme chez les hommes, transformée en DHT, va entrainer un dysfonctionnement des follicules du cheveu en accélérant les phases du cycle pilaire et donc en accélérant la chute du cheveu.
Chez la femme, le caractère héréditaire de l’alopécie androgénétique est aussi beaucoup moins prononcé que chez l’homme. En revanche, la femme est plus touchée par une forme différente, l’alopécie diffuse, qui se caractérise par des cheveux de plus en plus fins et clairsemés sur l’ensemble du cuir chevelu en débutant par le sommet du crâne.

Les autres causes de la chute des cheveux chez la femme

Choc émotionnel.

Le stress, souvent causé par un choc émotionnel, peut être à l’origine d’une perte de cheveux ponctuelle, qui intervient environ 2 à 3 mois après le choc. Au moment du choc, une sécrétion excessive de testostérone est produite par le corps en réaction. Elle entraine un dysfonctionnement ponctuel des follicules pileux qui vont entrer prématurément en phase télogène ce qui conduira à la chute des cheveux. Après cette chute ponctuelle, le cycle du cheveu reviendra à la normale.

La période post-partum

Environ 2 mois après l’accouchement, on observe parfois une chute de cheveux excessive. La chute est elle aussi momentanée et le cycle du cheveu revient à la normale.

Les bouleversements hormonaux,

qu’ils proviennent des cycles menstruels, des conséquences des modifications parfois brutales de poids, de la ménopause, des contraceptifs et des traitements hormonaux de substitution.

Autres causes

Les autres causes de la chute des cheveux, moins nombreuses, sont principalement les carences en micronutriments, notamment en fer, les troubles thyroïdiens, la chimiothérapie, et la pelade (maladie auto-immune dont la prévalence dans la population est d’environ 0,1 à 0,2% et se manifeste souvent (50%) dès l’enfance).